Les sirènes du port d’Alexandrie

Alexandrie est une créature marine ambivalente qui se laisse difficilement apprivoiser. La perle de la méditerranée est au premier abord passablement décatie, la corniche présente un aspect plutôt défraîchi et, sur 20 km, le front de mer (parcourus en bus impérial rouge du fort Qaitbay aux jardins du palais Montazah) est submergé par les parasols fanés des plages toutes privées; tout du long les sirènes hurlantes se font inlassablement des queues de poisson. La villégiature cairote un weekend d’août tient plus du surpeuplement estival embouteillé et tapageur que du paisible et délassant littoral balnéaire. Seule l’immense salle de lecture de la somptueuse Bibliotheca Alexandrina interpelle de calme climatisé et de modernité épurée.

Mais c’est un autre air, sur un tempo adagio, une mélodie populaire, une atmosphère, qui fait que cette ville est finalement douce et retient, et interprète des notes d’obligeance sur une partition de nonchalance.

Egypte - AlexandrieEgypte - AlexandrieAlexandrie - Fort QaitbayAlexandrie - Jardin MontazahBibliothèque d'AlexandrieBibliothèque d'Alexandrie - Salle de lecture

Il y a dans le quotidien des rues, des jetées, des marchés, des marchands, des chantiers navals, des souks, une profusion de scènes originales, changeantes et primesautières et toujours philosophes en regard des rigidités et pauvretés du pays. Les papetiers papotent, les charretiers charrient, les pécheurs taquinent, les artisans façonnent et les serveurs slaloment avec leurs plateaux au milieu de ce beau monde.

Et quand le soir et un semblant de fraîcheur tombent enfin sur la baie, que la ville s’allume et que l’allant se transforme en allégresse, il y a en plus une forme de délassement bienheureux, une détente, et la soirée s’écoule amortie comme une mi-temps salutaire. Tout un chacun qui s’affairait déambule maintenant dans une ambiance bon enfant; les déballeurs comme les familles, femmes et enfants, investissent la promenade et se racontent des salades, les terrasses s’étalent, les préparateurs de chichas s’activent et les épis de maïs crépitent sur des braseros de fortune. Il fait bon.

Alexandrie - TramwayEgypte - AlexandrieAlexandrie - Vendeur ambulantAlexandrie - Chantier navalAlexandrie - BouquinistesAlexandrie - Transport de tapisAlexandrie - Baie